archives

Traitement du fonds

Vous êtes ici : Inventaire 30J / Introduction / Traitement du fonds

Situation d'origine

Analyse d'acte par l'archiviste Cresty (30 J 253-4)

 

Le chartrier de Graulhet n’avait pas fait jusqu’ici l’objet d’un véritable classement. Les lecteurs pouvaient y accéder au moyen d’une compilation du registre des entrées des Archives départementales du Tarn reprenant les différents articles constituant le chartrier au fur et à mesure de leur arrivée dans le service. Les analyses, parfois trop succinctes ou erronées, méritaient d’être reprises. Il convient de remarquer à ce sujet que certaines des analyses provenaient des indications données par les catalogues de vente des antiquaires, elles-mêmes tirées des analyses inscrites par l’archiviste Cresty au dos des documents qu’il inventoria. Le patient travail de classement a d’ailleurs permis de réunir des actes relatifs à une même affaire et retrouver ainsi ce que Cresty avait ordonné sous une même cote, et que les vicissitudes connues par le chartrier avaient séparé. 
  

Modalités de classement

Le cadre de classement adopté est celui élaboré par Charles Samaran alors qu’il était directeur honoraire des Archives de France. Cependant, des modifications sensibles ont été apportées afin, d’une part, de tenir compte du contenu du chartrier et, d’autre part, d’adapter ce cadre de classement aux particularités du système féodal méridional. Pour ce dernier point notamment, les terriers, qui ne sont que l’enregistrement des reconnaissances faites à un seigneur dans le Midi de la France, ont été reliés aux registres de reconnaissances alors que Samaran prescrit de les rattacher aux documents généraux des seigneuries. De même, les contentieux ont été rapprochés des documents généraux, en tête de chaque seigneurie.

Les actes concernant les seigneuries de Castelnau-de-Lévis et Graulhet figurent à la fois de manière indépendante et réunie, le tout étant matérialisé par des sous-parties spécifiques, ceci afin de rendre compte de l’évolution de la possession de ces deux seigneuries.

Une sous-partie « Actes liés à la seigneurie » a également été créée pour chaque seigneurie afin d’y insérer les transactions qui se sont déroulées dans le périmètre de la seigneurie sans l’impliquer directement ou touchant des affaires seigneuriales mais à une période antérieure à la possession par les familles dominantes du fonds.

Enfin, une partie « Mélanges » a permis de classer, outre les fragments de reliure comme le suggère Samaran, des « pièces isolées étrangères au fonds » pour la plupart provenant de la collection de Maître Louis Mazens. A défaut de cohérence dans ce lot de documents, le classement alphabétique par nom de localité s’est imposé. Les documents intéressant directement des personnes ont été classés par nom d’individu.

État matériel

Les dommages subis par le chartrier, notamment entre la Révolution et son exploration par Cabié et Mazens, expliquent l’état particulièrement critique de certains documents.

Plusieurs parchemins ont ainsi été très largement rongés, si bien que l’analyse du contenu est parfois fastidieuse. De même, plusieurs pièces papier ou registres présentent des tâches d’humidité sévères ou des traces de moisissures inactives. Le recours à la lampe de Wood a permis d’exploiter les documents à l’écriture très pâlie.

La communication tiendra compte, comme précédemment au classement, de l’état matériel des documents. Les documents endommagés les plus prestigieux font néanmoins l’objet de restauration afin de les préserver. C’est ainsi que le « cartulaire des Alaman » (30 J 132) et l’enquête menée par Bertrand de Nogaret sur les droits de Philippe de Lévis (30 J 135) ont été confiés entre des mains qualifiées.

 Mentions légales Plan du site